Pinel ancien : Des zones moins tendues ?

Une loi qui produit des effets immédiats c’est une bonne nouvelle.

Encore mieux quand le marché réagit positivement. C’est un véritable succès la loi Pinel, depuis quelques temps, le marché a repris des couleurs et c’est tout un secteur qui en profite. Il faut donc saluer le courage de cette nouvelle loi. Pinel de son nom, elle reprend en grande partie les dispositifs de la loi Duflot sur l’encadrement des loyers et les normes écologiques.

Une reprise astucieuse mais nécessaire pour la suite des normes inscrites dans la loi.
  • Une bouffée d’oxygène pour le marché
  • La loi qui fait du bien
  • Un marché libéré
Le plafond est fixé à trois cent mille euros. Cela ne veut pas dire qu’il faut seulement acheter un bien du montant que la loi prescrit mais qu’il est possible de cumuler des biens immobiliers sans dépasser le plafond. Il est également envisageable d’acquérir qu’un seul ou plusieurs biens même si l’addition est inférieure au montant du plafond. La loi laisse une grande liberté d’action. Pour avoir des détails supplémentaires sur le dispositif Pinel, il est possible de consulter le site https://www.pinelancien.net pour avoit les informations précises sur les dispositifs de la loi.

Fluidifier les zones tendues

La loi Pinel dispose de quelques critères qui ne sont pas flexibles.

La construction d’un logement neuf ou bien l’investissement dans un logement ancien doit se faire dans les zones A1 à B1. Ce sont des zones stratégiques sur lesquelles l’Etat espère une nouvelle dynamique. Elles sont le plus souvent au bord de la saturation. C’est pourquoi il faut agir dans ses zones pour pouvoir équilibrer les autres. C’est une façon aussi de fragmenter les demandes pour éviter un surplus qui n’est pas nécessaire. Le propriétaire en fixant un loyer spécifique mais encadré par la loi s’assure d’avoir des locataires qui respectent leurs engagements.